Élections au Conseil d’Administration de l’IRCEC-RAAP : les professions de foi des candidats du SELF

Colette Vlérick, collège des prestataires (retraités) :

« J’ai commencé la traduction d’édition au début des années 1980 et je suis publiée à titre personnel depuis 1998. J’ai donc vu évoluer nos métiers au fil des décennies, avec un temps d’amélioration de nos rémunérations et de nos conditions de travail avant la dégringolade actuelle.

La création d’une retraite complémentaire a marqué un tournant et m’a été bénéfique.

Aujourd’hui, cette complémentaire risque fort de ne plus être aussi bénéfique pour les plus jeunes. Il serait injuste de se désintéresser de leur sort et malavisé de se désintéresser de celui des « prestataires » dont je fais partie. Parmi nous, les retraités pauvres rencontrent des difficultés spécifiques.

Je veux faire entendre la voix des nombreux auteurs et traducteurs qui ne peuvent vivre de leur retraite et continuent à travailler pour ne pas se trouver à la rue. De ceux-là aussi je fais partie.

Enfin, j’ai longtemps vécu à Paris, je vis à présent en Bretagne et j’ai pris conscience que l’on ne vit et travaille pas de la même façon ici ou là-bas. Cette différence doit être prise en compte. Les problèmes ne sont pas les mêmes, les solutions non plus. »

—-

Lionel Évrard, collège des écrivains et traducteurs littéraires :

« Je suis candidat à l’un des postes d’administrateur du RAAP (le régime de retraite complémentaire obligatoire des artistes-auteurs) dans le collège des écrivains et traducteurs littéraires. Les électrices et les électeurs – vous qui me lisez peut-être – reçoivent ces jours-ci le matériel électoral et pourront voter jusqu’au 8 décembre. Je dois vous expliquer pourquoi j’ai pris cette décision et en quoi il est important que vous votiez si vous le pouvez, ou au moins que vous participiez à diffuser l’information. Comme je nous sais tous très occupés, je serai bref… ou du moins j’essayerai.

Je suis comme vous : je n’ai qu’un goût modéré pour la paperasse et tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à une institution. Lors des dernières élections au conseil d’administration du RAAP, j’ai dû jeter à la corbeille à peine l’avais-je reçu le courrier contenant le matériel électoral de ce régime de retraite complémentaire auquel on nous oblige à cotiser dès lors que nos revenus artistiques atteignent le seuil d’affiliation à l’Agessa (8 703 € en 2016).

C’est l’année dernière que je me suis aperçu de l’erreur que j’avais commise en ne m’intéressant pas à cette élection et en laissant je ne sais qui décider à ma place de l’avenir de ce régime qui pour être obligatoire n’en est pas moins le mien. Brutalement, au forceps, sans aucune concertation et en faisant la sourde oreille aux protestations véhémentes des artistes-auteurs et de leurs organisations professionnelles, la direction actuelle du RAAP a imposé un changement du calcul des cotisations, celles-ci passant à terme à 8 % de nos revenus.

Pourquoi ai-je décidé d’être candidat cette année ? Parce que j’ai pris conscience que c’est en investissant les postes de responsabilité partout où c’est possible que les artistes-auteurs peuvent espérer ne plus subir dans l’indifférence générale une précarisation constante de leurs professions qui les condamne à terme à disparaître.

Ne laissez plus décider pour vous ceux qui croient savoir mieux que vous ce qu’il vous faut tout en étant totalement coupés de vos réalités : syndiquez-vous, informez-vous, faites-vous élire, élisez ceux qui vous ressemblent et sauront vous représenter – engagez-vous pour ne pas crever !

Qu’ai-je à y gagner personnellement si je suis élu ? Rien, si ce n’est quelques obligations supplémentaires. Le mandat est de six ans et les fonctions d’administrateur du RAAP sont bénévoles. Les frais de déplacement et de séjour sont remboursés, et les administrateurs en activité perçoivent une indemnité pour perte de gain. Je ne peux vous promettre que je pourrai peser sur les décisions qui seront prises, mais au moins serai-je en position d’observer ce qui se trame habituellement dans notre dos et de faire entendre la voix des artistes-auteurs dès que ce sera possible, quand bien même ce serait pour ne pas être entendu.

Le mode d’élection fait que – littéralement – chaque voix compte. Si vous devez élire un représentant pour le collège des « prestataires » (et non celui des écrivains et traducteurs littéraires), je ne saurais trop vous conseiller de voter pour Colette Vlérick, ma camarade du SELF, qui se présente dans la même optique que moi et saura dans ce conseil d’administration porter la voix des retraités. Et si votre profession relève de l’image et non de l’écrit, ce sont les candidats se réclamant des organisations qui ont mené la fronde l’année dernière qu’il faut systématiquement privilégier.

Vous aurez en novembre le pouvoir de vous RAAPeler au bon souvenir de ceux qui par leurs décisions participent à vous rendre la vie chaque jour plus difficile : saisissez-le !

Lionel Évrard (collège des écrivains et traducteurs littéraires) »


« Auteurs, vous avez besoin des syndicats pour porter vos revendications auprès des éditeurs et des pouvoirs publics, tout comme les syndicats ont besoin de vous pour leur donner plus d’impact.

Toute nouvelle adhésion au SELF enregistrée avant la fin 2017 restera valable pour 2018. Montant de l’adhésion : 30 € »

Télécharger le bulletin d’adhésion 2018

 

Non à l’appauvrissement des artistes et auteurs !

Jeudi 19 octobre 2017 – 34 syndicats et associations d’artistes-auteurs s’allient afin d’obtenir compensation pour tous de la hausse de la CSG sur les revenus du travail

« Nous, artistes et auteurs, demandons une égalité de traitement avec l’ensemble des autres actifs : compensation complète de la hausse de la CSG et augmentation du pouvoir d’achat.

Aucune solution n’est à ce jour clairement envisagée pour ne serait-ce que compenser la hausse de 1,7% de la CSG, excepté une baisse de la cotisation assurance maladie de 0,75%. Le manque à gagner pour les artistes-auteurs restera donc a minima de 0,95%, alors que la plupart d’entre eux vivent déjà avec un revenu inférieur au SMIC.

Cette mesure est discriminatoire et injuste.

Aucune concertation avec les pouvoirs publics n’a même été organisée malgré nos demandes insistantes depuis des mois. Le courrier adressé par les organisations d’auteurs et d’artistes le 5 octobre dernier au Président de la République, au Premier Ministre, à la Ministre de la Culture et à la Ministre des Affaires Sociales, est resté sans réponse.

La piste de travail reprise par plusieurs députés et consistant à compenser la hausse de la CSG par une baisse des cotisations au RAAP ne concernerait que 15% des quelque 260.000 artistes-auteurs pénalisés par la hausse de la CSG.

La solution envisagée doit nécessairement être pérenne et commune à tous les artistes-auteurs.

Nous demandons une consultation d’urgence avec les pouvoirs publics !

Signer la pétition en ligne  :
https://www.petitions24.net/csg__non_a_lappauvrissement_des_artistes_et_auteurs

Les organisations des auteurs et des artistes :

ADABD (Association des Auteurs de Bande Dessinée)
ATLF (Association des Traducteurs Littéraires de France)
CAAP (Comité des Artistes Auteurs Plasticiens)
CHARTE DES AUTEURS ET ILLUSTRATEURS JEUNESSE
EAT (Ecrivains Associés du Théâtre)
MAISON DE LA POÉSIE
PEN CLUB
SELF (Syndicat des Ecrivains de Langue Française)
SGDL (Société des Gens de Lettres)
SMDA CFDT (Solidarité Maison des Artistes)
SNAC (Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs)
SNAP CGT (Syndicat National des Artistes Plasticiens)
SNP (Syndicat National des Photographes)
SNSP (Syndicat National des Sculpteurs et Plasticiens)
UCMF (Union des Compositeurs de Musique de Films)
UNAC (Union Nationale des Auteurs et des Compositeurs)
UNION DES POÈTES ET CIE
UNPI (Union Nationale des Peintres Illustrateurs)
USOPAVE (Union des Syndicats et Organisations Professionnelles des Arts visuels et de l’Écrit)
ADAGP (Société des Auteurs dans les Arts Graphiques et Plastiques)
SAIF (Société des Auteurs des arts visuels et de l’Image Fixe)
SCAM (Société Civile des Auteurs Multimédias)
CIPAC (Professionnels de l’Art contemporain)
FRAAP (Fédération des Réseaux et Associations d’Artistes Plasticiens) »

Traitement inéquitable des artistes-auteurs dans la réforme du financement de la Sécurité sociale

Lettre-type à adresser à vos élu(e)s

Monsieur/Madame

Le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2018, en cours d’élaboration, prévoit une hausse de la CSG de 1,7 %. Contrairement à ce qui est prévu pour le reste des actifs qui verront leurs revenus augmenter, cette hausse se traduira, pour les artistes-auteurs dont les revenus sont essentiellement ou totalement issus des droits d’auteur et des ventes d’œuvres, par une nouvelle dégradation de leurs moyens de subsistance. En effet, les artistes-auteurs professionnels, ne cotisant pas à l’assurance chômage (et n’en bénéficiant donc pas), verront baisser uniquement leurs cotisations d’assurance maladie, ce qui creusera un différentiel de près de 2,4 % avec le reste de la population active.

En tant qu’artiste-auteur [écrivain/traducteur/illustrateur et/ou dessinateur/photographe/artiste plasticien] *, je m’adresse à vous pour vous exprimer ma totale incompréhension et ma réprobation quant à cet état de fait. À l’heure où les déclarations des plus hautes autorités de l’État soulignent la nécessité de faire rayonner la culture française, cette inégalité de traitement viendrait fragiliser un peu plus des professionnels de l’image et de l’écrit en butte depuis des années déjà à la paupérisation et à la précarité.

J’attends de vous que vous preniez toute la mesure du problème et usiez de votre influence afin qu’il soit mis fin à cette inégalité de traitement. A minima, il faut réserver aux artistes-auteurs de notre pays le même sort qu’aux autres actifs français.

Bien cordialement,

Signature

* À personnaliser selon votre situation personnelle (les lecteurs sont également encouragés à se joindre à cette protestation).

—–

– Chercher le ou la député (e) de sa circonscription et prendre contact avec lui/elle :
http://www2.assemblee-nationale.fr/recherche-loc…/formulaire

– Prendre contact avec le président de la République :
http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

Adresse postale : 55, rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris (l’envoi à cette adresse d’un courrier postal de moins de 20 g est gratuit)

– Prendre contact avec le premier ministre :
http://www.gouvernement.fr/conta…/ecrire-au-premier-ministre

Adresse postale : 57, rue de Varenne, 75007 Paris

– Prendre contact avec la ministre de la Culture :
https://lannuaire.service-public.fr/…/cabinet-ministeriel_1…

Adresse postale : 182, rue Saint Honoré, 75001 Paris

– Prendre contact avec la ministre des Solidarités et de la Santé :
http://solidarites-sante.gouv.fr/…/art…/ecrire-a-la-ministre

Adresse postale : 14, avenue Duquesne, 75350 Paris

Pas d’Imaginaire sans auteurs ni autrices !

Lettre ouverte aux éditeurs de l’Imaginaire

Destinataires : ActuSF, L’Atalante, Au diable vauvert, Le Bélial’, Bragelonne, Critic, Folio SF, J’ai lu SF, La Volte, Le Livre de Poche, L’homme sans nom, Lune d’encre, Mnémos, Les Moutons électriques, Outre Fleuve, Pocket, Scrinéo.

Le 11 octobre 2017

À l’initiative d’un regroupement d’éditeurs et suite à l’appel lancé en mars dernier aux « acteurs de l’imagi­naire » se dérouleront en novembre prochain aux Utopiales les premiers « États Généraux de l’Imaginaire ». L’objectif annoncé est d’unir les efforts de ces « acteurs » afin que l’Imaginaire soit davantage reconnu et pris en considération par les pouvoirs publics et les médias. En tant que Syndicat professionnel, le SELF ne peut ni ne souhaite s’associer à cet événement, mais il est de sa responsabilité d’attirer l’attention sur le fait que les autrices et auteurs sont des professionnels de l’édition à part entière et que l’Imaginaire ne pourrait exister sans eux.

Une évidence ? Pas tant que ça. Certes, nous en sommes persuadés, les éditeurs de l’Imaginaire ne sauraient nier que l’existence et l’identité de leurs entreprises reposent principalement sur la créativité et le travail de ceux sans qui il n’y aurait pas de livres à éditer, à vendre, à lire. Il n’en demeure pas moins que, ces dernières années, nos professions se sont dangereusement précarisées et que les auteurs et autrices ont le sentiment amer de ne pas recueillir le juste fruit de leurs efforts, en matière de reconnaissance mais aussi et surtout de rémunération. Les bouleversements économiques, technologiques, sociologiques que connaît le monde du livre ne sont pas sans incidences sur cet état de fait, mais s’il est une constante, c’est que dans la chaîne éditoriale ce sont surtout les auteurs et autrices qui en payent le prix. Aujourd’hui, exercer cette profession signifie trop souvent faire partie d’un tiers-état taillable et corvéable à merci. Des États Généraux sont convoqués ? Nous décidons d’y croire et invitons les autrices et auteurs à saisir l’occasion d’aller porter à Nantes leurs cahiers de doléances !

Outre les difficultés liées à la baisse constante de nos revenus, nous devons faire face à l’augmentation régu­lière de nos prélèvements, dont l’explosion des cotisations de retraite complémentaire obligatoire (RAAP) n’est que le dernier exemple en date. Comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement s’apprête à faire de nous les seuls actifs en France à devoir pâtir de la hausse de la CSG. Si le projet reste en l’état, c’est une perte de 2,4 % de notre pouvoir d’achat par rapport au reste du monde professionnel qu’il nous faudra subir dès 2018.
S’il n’est pas du ressort des éditeurs de corriger de telles disparités, nous comprendrions mal que dans un tel contexte les organisateurs de ces États Généraux ne laissent pas les auteurs et autrices y faire part de leurs difficultés, y exprimer leur malaise et y énoncer leurs revendications. Le temps est venu de sortir des géné­ralités et des pétitions de principe. Sur un certain nombre de points précis, il est possible d’engager sans attendre des discussions pour que les générations nouvelles puissent continuer à faire de leur passion pour l’Imaginaire un métier.

Dans l’état d’esprit ouvert et constructif qui est celui du SELF, nous rappelons ci-dessous les revendications portées par notre syndicat pour une plus juste prise en compte de la place des autrices et des auteurs dans la chaîne éditoriale.

Pour une relation juste et équilibrée et un partage équitable de la richesse produite :

  • Signature systématique (obligation légale) d’un contrat avant toute publication, avec parties sépa­rées pour le papier et le numérique.
  • À-valoir systématique pour toute publication.
  • Cession des droits limitée dans le temps (3 à 5 ans) pour le papier, reconduite annuellement pour le numérique.
  • Droits d’auteurs :

10 % minimum pour le grand format jusqu’à 1 000 ex., 12 % jusqu’à 3 000, 15 % au-delà.

7 % minimum pour le poche, 10 % en cas d’exploitation directe dans ce format.

50 % minimum pour le numérique commercialisé directement par l’éditeur, 30 % minimum pour le numérique commercialisé par le biais de plates-formes ou librairies.

  • Reddition des comptes sincère et complète tous les semestres pendant trois ans, annuellement
    au-delà.
  • Justificatifs systématiques pour le papier ET le numérique.
  • Rachat d’exemplaires : 50 % du PPHT si l’auteur vend directement ses ouvrages en festivals et salons, remise libraire pour les exemplaires d’auteur supplémentaires.
  • Interdiction de la compensation intertitres.
  • Interdiction des provisions sur retour après la troisième année d’exploitation.

 

Une conviction sous-tend ces revendications : celle qu’un écosystème littéraire basé sur l’injuste répartition de la richesse produite ne peut pas se développer. Il est également de l’intérêt des éditeurs de publier des auteurs et autrices traité-e-s équitablement. C’est à nos yeux une condition du rayonnement de l’Imaginaire aussi importante qu’une meilleure visibilité dans les médias.

Souhaitant que cette lettre ouverte puisse contribuer au débat nécessaire sur la place des écrivains, traduc­teurs et illustrateurs au sein des littératures de l’Imaginaire et servir de base aux négociations indispensables et urgentes à mener avec les éditeurs, nous sommes disponibles à tout moment pour en discuter.

Pour la Commission exécutive du SELF, le collectif de présidence :

Lionel Évrard

Philippe Samier

Ketty Steward

Christian Vilà

Joëlle Wintrebert